Métiers de l’avenir au Maroc : L’enseignement et la formation

B0051

L’échec de l’école marocaine, surtout publique, est reconnu partout, y compris au plus haut sommet de l’Etat et ce depuis des décennies. Les réformes successives n’y ont rien fait. Pire, la situation continue à se dégrader, au point que Bill Clinton, lors d’une conférence à Casablanca a déclaré que l’éducation était le principal obstacle au développement du Maroc.

Cet échec est global. On a longtemps pointé du doigt la question de la généralisation. Les statistiques prouvent que l’on a avancé là-dessus. Mais la déperdition continue et surtout l’évaluation des acquis fait défaut. Ceux qui quittent l’école après 6 ou 7 ans de fréquentation sont quasiment « analphabètes ». Le quantitatif n’est pas l’unique critère. En Inde, par exemple, les choix faits seraient politiquement incorrects au Maroc. Et pour cause ! Le système est très sélectif à la base. L’enseignement fondamental a un objectif clair : apprendre aux enfants à lire, à compter et à écrire. Ensuite, la sélection impose des cursus très différenciés. Le résultat est que l’Inde, jouant sur sa démographie, forme chaque année des milliers d’ingénieurs de très haut niveau et qui sont mondialement recherchés. L’industrie indienne trouve facilement une main-d’œuvre qualifiée et des agents de maîtrise en nombre. L’Inde n’est pas un système égalitaire idéal, mais fonctionnel.

L’éducation nationale au Maroc

Au Maroc, l’Éducation nationale ne répond plus ni à la conception légalitaire de l’école, ni à ses objectifs fonctionnels, en adéquation avec le marché du travail. Son échec est global. Il nous faut donc repenser la conception même de l’école. Nourris par l’expérience française, elle-même souffrante actuellement, les pères fondateurs ont voulu en faire un creuset d’intégration sociale, un moyen de mobilité sociale par l’égalité des chances, avant d’être un lieu de transmission du savoir.   Le rêve secret était de voir l’école marocaine s’inspirer de l’école de Jules Ferry et du rôle qu’elle a joué lors de la troisième république. Où en sommes-nous aujourd’hui ? L’école creuse les inégalités qu’elles soient sociales ou régionales. La croissance du privé est d’abord un aveu d’échec du public où les formations dispensées ne sont pas en adéquation avec le marché du travail. L’ascenseur social par l’éducation est stoppé. Le niveau général est en baisse. C’est le constat qu’avait d’ailleurs établi, en son temps, la Commission spéciale éducation-formation (Cosef), mais la situation n’a fait qu’empirer. Sur l’autre aspect, important, celui de la transmission des valeurs et de la formation des citoyens, l’échec est aussi patent.

Problèmes de l’éducation au Maroc

L’indiscipline, l’anarchie et le non respect entre maitre et élève règnent et empêchent l’école de jouer son rôle dans la formation des individus à la vie sociale tout court. La violence qui règne dans les écoles, les drogues à grande échelle, l’absentéisme non sanctionné constituent un véritable drame. Les parents, la société, sont tout aussi responsables. Ils ont démissionné parce que l’école n’est plus un moyen de promotion sociale. L’école n’est plus un sanctuaire jouissant du respect de son environnement.   Ceux qui, malgré tout, s’extirpent de ce magna et réussissent à arriver au supérieur sont confrontés à diverses difficultés. Celle du choix de la filière, les plus prometteuses étant très sélectives, celle de la langue…

Alors, le privé!

Dans ce contexte, le privé, dans sa frange la plus sérieuse, se présente comme alternative. Encore faut-il que l’accès à cet univers soit possible pour le plus grand nombre. Pour y arriver, les gouvernements qui se sont succédés n’avaient apporté aucune aide significative à ces établissements. Le gouvernement actuel a à peine ouvert ce chantier. Il l’a fait maladroitement d’ailleurs et s’est aussitôt tu. Il sait maintenant que la réforme de l’éducation nationale ne peut être que le produit d’un consensus national. Il sait aussi que c’est une urgence.  Métiers d’avenir Maintenant que les futurs bacheliers s’apprêtent à terminer le sprint final de leur année scolaire, quelles formations professionnelles ou universitaires peut-on leur conseiller. C’est la question que nous avons posée à divers professionnels de l’enseignement, mais aussi à des DRH, des opérateurs économiques… Pour Jamal Belahrach la réponse est claire : « Le marché à besoin de jeunes bien formés dans des métiers de base comme la comptabilité, le commercial, les télé-conseillers, les métiers de l’informatique… ».

Métiers de l’avenir

Ce sont autant de métier qui ont de l’avenir, estime le patron de Manpower au Maroc qui est aussi le président de la commission Emploi et relations sociales de la CGEM. Le verdict de ce dernier quant à la faillite des systèmes de l’enseignement et de la formation au Maroc est sans appel. Il en veut pour preuve le manque sur le marché de jeunes maîtrisant parfaitement le français ou encore l’anglais. Belahrach jette la balle dans le camp des politiques puisque ce sont leurs choix qui conditionnent l’avenir du pays. Hicham El Bayed, chef d’entreprise et enseignant d’économie, estime aussi que les profils en mesure de percer sur le marché du travail restent « les classiques mis au goût du jour ». C’est à dire : marketing, finance, DRH… « Mais avec un fort contenu IT », nuance-t-il, en insistant sur les métiers des TIC. Et d’ajouter : « Je suis prof d’économie, entre autres, et je le dis à mes étudiants : c’est fini les facs d’économie, il est temps de penser à des disciplines totalement orientées Gestion et Management, avec bien entendu une place accordée à des cours d’économie appliquée. Mais pas l’inverse. Fini les théories virulentes des années révolues ».   Par ailleurs, El Bayed estime que les conditions de l’enseignement actuel sont tout simplement ridicules. Ses griefs sont nombreux : « Les effectifs des étudiants explosent, ceux des enseignants stagnent, les niveaux des étudiants et même des enseignants laissent à désirer. L’encadrement rapproché reste une fiction ! ». Sa conclusion est largement partagée : « On fait comme on peut. Mais, est-ce que c’est comme ça qu’on fera évoluer notre système socio-éducatif ? ». Rien n’est moins sûr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *